• A LA UNE

    A LA UNE

    Pour recevoir par mail le programme des animations, une notification à chaque nouvel article sur le site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

    Merci de cliquer sur le lien ci-dessous :

    Inscription à la Newsletter

     

    Veuillez-nous excusez du désagrément occasionné par l'apparition de publicités,

    nous espérons résoudre ce problème rapidement

    (Installer AdBlock Plus, servant à bloquer les publicités intrusives et aussi les bannières publicitaires encombrantes).


  • votre commentaire
  • "Les table par le menu" avec Evelyne Marty-Marinone


    votre commentaire
  • Le menu gourmand des Médiathèques

    Le menu gourmand des Médiathèques


    votre commentaire
  • Accueil Personnalisé Informatique

     

    Nouveau à la Médiathèque de Mazamet,

    un Accueil Personnalisé à l'Informatique, les jeudis après-midi pendant 45 minutes.

     

    Pour comprendre le monde numérique, apprendre à se servir des outils informatique, devenir plus autonome, un animateur répond à vos questions individuellement, et vous aide dans la pratique. Vous pouvez venir avec votre propre matériel, pour choisir et installer des outils adaptés.Internet, traitement de texte, photos, sécurité, windows 10, sont des thèmes qui peuvent être abordés alors n'hésitez pas à nous contacter. (ATTENTION : Pas de réparation de matériel endommagé)

     

    Uniquement sur rendez-vous au 05 63 97 53 50

    Les jeudis de 16h15 à 17h ou de 17h15 à 18h


    votre commentaire
  • Concours photo 2017

     

    Le concours photo, c’est depuis 2005 un rendez-vous avec le jardin, la nature et l’environnement.

    Il s’inscrit dans les “Floriales” de Mazamet qui se dérouleront du 20 au 23 avril 2017.

     

    Cette année, le jardin se fait petit, il tient sur un balcon ou une terrasse, dans une cour ou un patio, il court le long d’un escalier ou d’un mur, ...
    Il se cultive en pots pour offrir à chacun son petit coin de paradis.

     

    Thème du concours photo 2017 :
     «Jardin à fleur de pots»

     

    Réaliser un cliché d’un lieu associant plantes et pots en tous genres.

     

    Ci-dessous le règlement et le bulletin de participation :

    Concours photo 2017


    votre commentaire
  • Bientôt une grainothèque à Mazamet

     

    L’été arrive et avec lui le temps des récoltes (fleurs, légumes, fruits…)

    Pensez à conserver toutes les petites graines qui pourront être ressemées l’année prochaine et partagées grâce à la grainothèque, nouveau service de la médiathèque de Mazamet, libre et gratuit.

    A partir de septembre, vous pourrez venir déposer et retirer des petits sachets de semences.

    Grainothèque à Mazamet


    votre commentaire
  • Une grainothèque quèsaco ?


    Une grainothèque quèsaco ?Un lieu de partage, et d’échange de graines
    Le partage libre et solidaire de faire découvrir les trésors de la nature à nos enfants, nos amis et voisins.
    La liberté d’échanger et de reproduire des graines adaptées à notre territoire, un geste qui a bâti la diversité des semences depuis des millénaires.
    Echanger les savoir-faire.


    Quelles graines et variétés partager ?
    Toutes les graines : légumes, fruits, fleurs, les variétés anciennes, les variétés traditionnelles de nos terroirs sont les plus en péril, ne pas introduire de semences hybrides F1 (non reproductibles).

    Comment faire ses graines ?
    C’est très simple mais il est important de savoir comment faire ! On trouve rapidement ces informations dans les livres, sur internet ou mieux auprès des jardiniers professionnels ou amateurs.
    Il faut bien faire sécher les graines avant de les ensacher, noter la variété, lieu et date de récolte, et quelques conseils pratiques (période de semis, exposition...)
    - n'utiliser aucun engrais chimique : le bio c'est si bon !

    Comment çà marche ?
    Les semences du fichier sont libres, vous pouvez vous servir ! reproduisez-les pour en déposer à votre tour.  

    Une grainothèque quèsaco ?

     


    votre commentaire
  • L’histoire d’Epecuén, la ville engloutie

    Découvrez le destin de cette ville argentine où a été tournée la dernière vidéo de Danny MacAskill.

    En 1985, la digue artificielle qui protégeait la petite ville argentine d’Epecuén fut détruite et ce qui était une destination prisée des touristes se transforma en un no man’s land… du moins jusqu’à aujourd’hui. Resurgie des profondeurs, la ville a accueilli un hôte très particulier, Danny MacAskill, comme vous pouvez le découvrir dans le film éponyme, "Epecuén".

    Érigée dans les années 20 au siècle dernier par une poignée de colons, la ville s’est étendue rapidement grâce des touristes venus goûter aux vertus thérapeutiques du Lago Epecuén. La légende veut que ce lagon d’eau saumâtre fut formé par les larmes d’un vieux chef de tribu qui pleurait son amour perdu.

    Dans les années 50, la population d’Epecuén (“la source éternelle”) comptait environ 1 500 habitants et l’activité provenait essentiellement de l’afflux de touristes venus de Buenos Aires pour la cure thermale dans les eaux du lagon. La richesse en minéraux des eaux du Lago Epecuén était censée permettre de lutter contre la dépression, les rhumatismes, les maladies de la peau et même le diabète.

    Au plus fort de son activité, la ville accueillait plus de 20 000 visiteurs par an, entre novembre et mars principalement. La ville était destinée à un avenir rayonnant, mais certains, déjà, avaient prédit le retour de l’eau.

    En 1985, après de fortes et longues précipitations, les eaux du lagon se mirent à monter dangereusement et la digue qui protégeait la ville finit par céder. En 1995, la ville était alors submergée sous quelques 10 mètres d’eau salée et les résidents, comme les touristes, avaient déserté l’endroit depuis longtemps…

    Mais ceci n’est pas la fin de l’histoire. Le changement climatique global ainsi que les cycles météorologiques ont fini par renverser la situation et, en 2009, le niveau de l’eau commença à baisser pour laisser apparaître de nouveau peu à peu la ville.

    Ce qui était jadis des rues aux façades colorées n’est désormais plus qu’un amas de sel, complètement attaqué par la corrosion : les séquelles du passé de la ville. La végétation et les arbres complètement morts laissent planer une impression de site post-apocalyptique. C’est d’ailleurs cet aspect de ville fantôme qui pousse désormais de nouveaux touristes à visiter l’endroit.

    Le bruit courut et, en 2010, Epecuén devint le théâtre du tournage d’un remake du film culte d’horreur “And Soon The Darkness”. Puis d’autres en firent le décor de nombreux clips musicaux.

    La ville a vu également le retour de quelques habitants… enfin disons “un” habitant. Pablo Novak est le seul à être revenu vivre à Epecuén et il mène une existence solitaire au milieu des ruines, se promenant à vélo en compagnie des chiens errants qui peuplent les rues, narrant l’histoire de la ville aux touristes qu’il croise sur son chemin.

    Mais Epecuén comptait récemment un nouveau visiteur. Séduit par le potentiel de cette ville abandonnée, le trialiste Danny MacAskill a décidé d’y centrer l’action de son nouveau film.

     

     

     


    votre commentaire
  • EXPOSITION

    Copyright - Gaucho menant ses brebis en Patagonie - Argentine - Cécile Domens  - Aguila voyages photo

     

     

    EXPOSITION

    7-31 MAI

    EXPOSITION

    Née en 1973, Cécile Domens se passionne dès l’enfance pour les grands espaces et le monde du cheval. Elle s’envole à l’âge de vingt ans pour la Patagonie, rêvant d’y découvrir la vie des estancias et des hommes de la pampa. Elle y retourne à plusieurs reprises au cours de ces vingt dernières années et finit par y fonder sa famille. Elle y a organisé le tournage de l’émission « Faut pas Rêver » spécial Argentine / Patagonie réalisée en 2012 par France 3. Reporter photographe depuis une quinzaine d’années, Cécile Domens est l’auteur de divers ouvrages et reportages qu’elle publie dans la presse magazine nationale (Géo, Terre Sauvage, VSD, Cheval Magazine, presse pour enfants…). Elle fonde en 2006 l’agence de stages et voyages photo Aguila (www.aguila-voyages.com).

    Elle est l’auteur de « Patagonie, le grand sud » chez Glénat.

    EXPOSITION

     

    Projection jeudi 19 mai à 18h30

    « Faut pas rêver » en Argentine


    votre commentaire
  • Fragments de vie quotidienne en Argentine

     

    EXPOSITION

    7 mai - 25 juin

    Après « Comptoirs mazamétains d’Argentine », l’exposition « Fragments de vie quotidienne en Argentine » nous plonge dans les souvenirs de Charles et Manette Caraguel, expatriés à Buenos-Aires de 1928 à 1931 pour le compte de la société Cormouls-Houlès.

    Réalisation Médiathèque


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique