• A LA UNE

    A LA UNE

    Pour recevoir par mail le programme des animations, une notification à chaque nouvel article sur le site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

    Merci de cliquer sur le lien ci-dessous :

    Inscription à la Newsletter

    Veuillez-nous excusez du désagrément occasionné par l'apparition de publicités, nous espérons résoudre ce problème rapidement.

  • TANGO

    SAMEDI 28 MAI : TANGO

     

     

    Conférence « Si le tango m’était conté » à 15h  par Solange Bazely

     

    TANGODepuis 2004, Solange Bazely a trouvé dans la transmission de la culture argentine qu’elle côtoie depuis bientôt 25 ans la meilleure façon de partager ses connaissances, à travers ses conférences où l’enthousiasme contamine l’auditoire qui le lui rend bien.

     

    En préparant soigneusement chaque intervention pour toujours plus de fluidité, de précision et d’anecdotes ciblées pour mieux appréhender la complexité des réalités, ses conférences sont le moteur d’une vie de curiosités incessantes.

     

    Quoi de mieux que de pouvoir transmettre sa passion à un public qui devient à son tour, passionné ?

     

     

    " Si le tango m’était conté "

     

    Née il y a plus d’un siècle sur les deux rives du Rio de la Plata, la culture du tango se décline autour de la musique, de la poésie, du chant et de la danse, issu du syncrétisme culturel lié aux immigrations. Vecteur d’identité, il est aujourd’hui quasi universel.
    Sur un ton vivant, il s’agit de découvrir cette culture de sa genèse à son actualité, entre histoires, anecdotes, écoute musicale et projection d’images d’archives des orchestres historiques en Argentine.

    Association So Tango !

    culture-tango.com

    TANGO

     

     

     

    * * * * *

    Initiation au tango de 17h à 18h30 (rez-de-chaussée de l’espace Apollo)

    avec MAZATANGO

    sur inscription au 05 63 97 53 50

     

    Soirée tango dès 19h (rez-de-chaussée de l’espace Apollo)

    Duo Tango «Pianacco»

    Xavier Gainche (piano)

    TANGO

    Né en 1988 à St Brieuc, en Bretagne, il commence la musique à l’âge de 9 ans au sein de l’école cantonale de Ploeuc-sur-liè (22). Jusqu’à 14 ans, il y apprend le synthétiseur avant de s’initier au piano jazz, auprès de Xavier le Favennec. Il aura également la chance de jouer dans des ateliers de variétés et de jazz durant cesannées. En 2006, il intègre l’ENM (École Nationale de Musique) de St Brieuc dans les classes de jazz de Jean-Mathias Pietri et Jean-Philippe Lavergne. Puis il s’installe à Toulouse afin d’étudier le jazz à l’université de Toulouse Le Mirail ainsi qu’au Conservatoire National de Région, où il obtient une Licence et un DEM (Diplôme d’Études Musicales) en 2009.

    Ces années seront riches de rencontres artistiques dans le cadre de résidences (Andy Emler, Guillaume de Chassy..) de masterclasses avec Kenny Barron, Bill Carother, Ari Hoenig ou encore de stages avec Baptiste Trotignon, Franck Avitabile, Laurent Cugny et bien d’autres...Par la suite, il se dirige vers l’enseignement (association et écoles de musique) et se produit avec plusieurs formations (Wen Quartet, Pianacco, le Jazz Ensemble de Montauban...).Cette même année, il intégrera la chorale « les Conférences Vocales » dirigée par Claire Suhubiette. En 2010, Xavier se passionne pour le tango et monte avec Hubert Plessis au bandonéon, le duo Pianacco qui devient en 2012 l’Oscar Delgar, un quintet avec lequel il partage de riches moments. Suite à une rencontre avec le pianiste et bandonéoniste argentin Fernando Maguna il aura l’occasion de participer à la Tipica de Toulouse.

     

    Hubert Plessis (bandoneon)

    TANGO

     

    Hubert PLESSIS débute la musique par l’accordéon dès l’âge de 8 ans. Il étudie cet instrument et le solfège durant 5 ans dans

    une école de musique en Bretagne. Il travaille surtout le musette, et se perfectionne avec Mme Legrand, professeur à Rennes. Durant son adolescence il participe à de nombreux

    thés dansants et gala d’accordéon. En 2003 il intègre le groupe «les vieilles pies», avec lequel il joue encore aujourd’hui, partout en France aujourd’hui. Un quatrième album est sorti en Août 2013. En 2011, il découvre le tango, achète un bandonéon et prends de suite des cours avec le maestro Fernando MAGUNA. Il perfectionne le style en intégrant l’orchestre TIPICA de MAGUNA, ainsi qu’en participant à des stages avec le groupe «Silencio» et Ramiro GALLO. Il crée en 2012 un quintet de nuevo tango «L’Oscar Delgar», et fin 2013 le Trio Cuchicheo.

     


    votre commentaire
  • Les élu-e-s régionaux ont arrêté, le 15 avril, une liste de 5 noms :

    • Languedoc
    • Languedoc - Pyrénées
    • Occitanie
    • Occitanie - Pays Catalan
    • Pyrénées - Méditerranée

     

    C’est sur la base de cette liste que s’est ouverte le 9 mai la seconde phase de la consultation. Chacune et chacun peut exprimer sa préférence, parmi les noms sélectionnés.
    Vous pouvez le faire par Internet ou en remplissant des bulletins imprimés et largement diffusés, notamment par le journal de la région distribué dans vos boîtes aux lettres début mai.
    Accédez au formulaire de participation

    En fonction des résultats de cette consultation, les élu-e-s régionaux voteront le 24 juin le nouveau nom de la région. L’Etat confirmera ce nom par un décret publié avant le 1er octobre.

    Ensemble, construisons l’avenir de notre région !

     

    Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique. Le destinataire des données est le Conseil Régional. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au Correspondant Informatique et Libertés de la Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées - Hôtel de Région - 22, boulevard du Maréchal-Juin
    31406 Toulouse Cedex 9. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.


    votre commentaire
  • L’histoire d’Epecuén, la ville engloutie

    Découvrez le destin de cette ville argentine où a été tournée la dernière vidéo de Danny MacAskill.

    En 1985, la digue artificielle qui protégeait la petite ville argentine d’Epecuén fut détruite et ce qui était une destination prisée des touristes se transforma en un no man’s land… du moins jusqu’à aujourd’hui. Resurgie des profondeurs, la ville a accueilli un hôte très particulier, Danny MacAskill, comme vous pouvez le découvrir dans le film éponyme, "Epecuén".

    Érigée dans les années 20 au siècle dernier par une poignée de colons, la ville s’est étendue rapidement grâce des touristes venus goûter aux vertus thérapeutiques du Lago Epecuén. La légende veut que ce lagon d’eau saumâtre fut formé par les larmes d’un vieux chef de tribu qui pleurait son amour perdu.

    Dans les années 50, la population d’Epecuén (“la source éternelle”) comptait environ 1 500 habitants et l’activité provenait essentiellement de l’afflux de touristes venus de Buenos Aires pour la cure thermale dans les eaux du lagon. La richesse en minéraux des eaux du Lago Epecuén était censée permettre de lutter contre la dépression, les rhumatismes, les maladies de la peau et même le diabète.

    Au plus fort de son activité, la ville accueillait plus de 20 000 visiteurs par an, entre novembre et mars principalement. La ville était destinée à un avenir rayonnant, mais certains, déjà, avaient prédit le retour de l’eau.

    En 1985, après de fortes et longues précipitations, les eaux du lagon se mirent à monter dangereusement et la digue qui protégeait la ville finit par céder. En 1995, la ville était alors submergée sous quelques 10 mètres d’eau salée et les résidents, comme les touristes, avaient déserté l’endroit depuis longtemps…

    Mais ceci n’est pas la fin de l’histoire. Le changement climatique global ainsi que les cycles météorologiques ont fini par renverser la situation et, en 2009, le niveau de l’eau commença à baisser pour laisser apparaître de nouveau peu à peu la ville.

    Ce qui était jadis des rues aux façades colorées n’est désormais plus qu’un amas de sel, complètement attaqué par la corrosion : les séquelles du passé de la ville. La végétation et les arbres complètement morts laissent planer une impression de site post-apocalyptique. C’est d’ailleurs cet aspect de ville fantôme qui pousse désormais de nouveaux touristes à visiter l’endroit.

    Le bruit courut et, en 2010, Epecuén devint le théâtre du tournage d’un remake du film culte d’horreur “And Soon The Darkness”. Puis d’autres en firent le décor de nombreux clips musicaux.

    La ville a vu également le retour de quelques habitants… enfin disons “un” habitant. Pablo Novak est le seul à être revenu vivre à Epecuén et il mène une existence solitaire au milieu des ruines, se promenant à vélo en compagnie des chiens errants qui peuplent les rues, narrant l’histoire de la ville aux touristes qu’il croise sur son chemin.

    Mais Epecuén comptait récemment un nouveau visiteur. Séduit par le potentiel de cette ville abandonnée, le trialiste Danny MacAskill a décidé d’y centrer l’action de son nouveau film.

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • EXPOSITION

    Copyright - Gaucho menant ses brebis en Patagonie - Argentine - Cécile Domens  - Aguila voyages photo

     

     

    EXPOSITION

    7-31 MAI

    EXPOSITION

    Née en 1973, Cécile Domens se passionne dès l’enfance pour les grands espaces et le monde du cheval. Elle s’envole à l’âge de vingt ans pour la Patagonie, rêvant d’y découvrir la vie des estancias et des hommes de la pampa. Elle y retourne à plusieurs reprises au cours de ces vingt dernières années et finit par y fonder sa famille. Elle y a organisé le tournage de l’émission « Faut pas Rêver » spécial Argentine / Patagonie réalisée en 2012 par France 3. Reporter photographe depuis une quinzaine d’années, Cécile Domens est l’auteur de divers ouvrages et reportages qu’elle publie dans la presse magazine nationale (Géo, Terre Sauvage, VSD, Cheval Magazine, presse pour enfants…). Elle fonde en 2006 l’agence de stages et voyages photo Aguila (www.aguila-voyages.com).

    Elle est l’auteur de « Patagonie, le grand sud » chez Glénat.

    EXPOSITION

     

    Projection jeudi 19 mai à 18h30

    « Faut pas rêver » en Argentine


    votre commentaire
  • Fragments de vie quotidienne en Argentine

     

    EXPOSITION

    7 mai - 25 juin

    Après « Comptoirs mazamétains d’Argentine », l’exposition « Fragments de vie quotidienne en Argentine » nous plonge dans les souvenirs de Charles et Manette Caraguel, expatriés à Buenos-Aires de 1928 à 1931 pour le compte de la société Cormouls-Houlès.

    Réalisation Médiathèque


    votre commentaire
  • En Voyage avec Mafalda

    EXPOSITION

    7 - 31 MAI : En Voyage avec Mafalda

    Mafalda a fêté ses 50 ans. D’une grande maturité, curieuse de découvrir le monde, cette héroïne de comic strip est l’emblème de son pays l’Argentine. Elle a marqué le monde de

    la BD par son humour, son sens critique qu’elle tire de son auteur et créateur, le dessinateur Quino. Une animation réalisée en partenariat avec la Bibliothèque Départementale de Prêt, un service du Département de la Marne.

    1964 © Joaquin S. Lavado (Quino)/Agence Caminito


    votre commentaire
  • Les tirages gagnants sont :

    1er Prix

    Résultats du concours photo 2016

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    2ème prix

    Résultats du concours photo 2016

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    3ème prix

    Résultats du concours photo 2016

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Merci à tous pour votre participation et à l'année prochaine !!


    votre commentaire
  •  Jeudi 21 avril de 14h30 à 16h
    Ateliers jeux (de 4 à 8 ans)
    sur réservation 05 63 97 53 50


    votre commentaire