• L'info en plus

    ARTIPS, une dose d'art au quotidien

    Aujourd'hui : "Le diable à la rescousse"

    Où l’on découvre qui appeler à l’aide quand on n’y arrive pas.


    Vue de la façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame de Paris, XIIe-XIVe siècle
    Voir en grand

    Peu de gens les remarquent en entrant dans la cathédrale Notre-Dame de Paris.
    Sur les portes latérales, on peut découvrir de magnifiques ferrures, c’est-à-dire des ornements en fer forgé.

    Il s’agit d’un chef-d’œuvre de ferronnerie auquel s’attache une légende surprenante…

    Portail de Sainte-Anne, dite "Porte du Diable", façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame de Paris, XIIIe siècle

    Tout aurait commencé au XIIIe siècle. Les religieux de la cathédrale auraient fait appel à un jeune apprenti serrurier pour réaliser les gonds et les ferrures.
    La commande est très prestigieuse et l’apprenti, nommé Biscornet, ne peut être que flatté. C’est l’occasion pour lui d’assurer sa réputation grâce à un chef-d’œuvre !

    Détail de la "Porte du Diable", façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame de Paris

    Il se met rapidement au travail et présente aux religieux les dessins préparatoires : de splendides arabesques si compliquées qu'elles suscitent immédiatement l’admiration.

    Hélas, Biscornet se rend compte bien vite qu’il a été trop présomptueux… Malgré son adresse, les merveilles dessinées sur le papier semblent impossibles à réaliser en métal.

    Détail de la "Porte du Diable", façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame de Paris
    Voir en grand

    Une nuit devant sa forge, son désespoir est tel qu’il hurle "Au Diable !". Aussitôt aurait surgi le Malin, qui lui propose un pacte : de belles ferrures contre son âme.
    Au matin, en s’éveillant, Biscornet trouve le travail achevé, des ferrures aussi extraordinaires que celles imaginées ! Ces admirables arabesques florales, ces soudures invisibles, ces têtes d’animaux si finement ciselées, si délicatement forgées au marteau… Ce ne pouvait être que l’œuvre du Diable !

    Détail de la "Porte du Diable", façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame de Paris

    À la vue de cet incroyable résultat, les religieux sont ébahis. Hélas, le jour de l’inauguration, les fameuses portes auraient refusé de s’ouvrir.
    On y serait parvenu seulement en les aspergeant d’eau bénite. Aussi, cette porte par laquelle nous entrons aujourd’hui est rebaptisée la Porte du Diable !

    Vue de la cathédrale Notre-Dame de Paris, XIIe-XIVe siècle
    Voir en grand


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :